O – Oubli (L’)

L’Oubli

Où ai-je bien pu ranger tous ses souvenirs,
qui ne font que passer,
qui s’effacent un peu plus
et se transforment à chaque passage.

Ce serait bien, si on pouvait faire appel à ses souvenirs,
comme on ouvre un livre à la table des matières,
comme on effectue une recherche à la bibliothèque.
En plus il y a un sacré désordre dans ma tête.

Quand les ami·e·s, les amours s’éloignent,
ce sont des pas entiers de nos vies qui s’effritent,
minés par le silence qui les entourent,
ils tombent en oubli.

Tomber en oubli, quelle terrible expression.
Tomber soi-même en oubli,
Me semble tellement plausible,
que j’en ai l’impression de disparaître avant de mourir.